MYSTIK ETHNIK


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 News du 08/11/08

Aller en bas 
AuteurMessage
Noirbadier

avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 02/03/2008
Age : 32
Localisation : 33

MessageSujet: News du 08/11/08   Sam 8 Nov - 19:31

Citation :
Re: C'est le départ!‏
De : Jeff
Envoyé : sam. 08/11/08 17:08
À : Mystik Ethnik

Hello tout le monde, des petites nouvelles depuis le temps, on a fait pas mal de routes et on n'a pas eu trop l'occaz de se poser sur un cyber café.



Donc les dernière news que vous avez date de chef chaouen, il s'est passé pas mal de chose depuis 1 mois.



On a donc quitté chef chaouen le 9 octobre pour traverser le moyen atlas et filer direction merzouga (le premier désert marocain juste à coté de l'Algérie). Manque de bol pour nous, on est en pleine saison des pluies au Maroc et on se tape de la flotte tous le long de la route. Le problème c'est qu'on a aussi droit aux inondations et que la route est coupé à plusieurs endroit, on est obliger de rouler dans l'eau qui traverse la route. Arrivé près d'Er Rachidia, on est bloqué, la rivière à casser le pont et bien sur il n'y a qu'une seule route. Mais les marocains sont déjà au travail et reconstruise le pont avec les pierre qu'ils trouvent sur le coté de la route. On finis par passer mais c'est quand même tendu, la route bouge sous le poids des camions. 30 km plus loin, la route est complètement coupée, il y a plus d'1m d'eau et personne ne peut passer. Le niveau de l'eau baisse et la route est débloquée vers 2h du matin mais on restera dans le petit village d'aoufouss où on a rencontré 2 marocains sympa qui nous ont invité à manger chez eux le lendemain. Après le tagine et le couscous (on ne crèvera pas de faim au Maroc ça s'est sur) on reprend la route pour arrivé à Merzouga en début de soirée, l'auberge Adrar nous ouvre les portes et on peux poser les camions devant l'immensité des dunes. On est resté 4 jours, le temps de faire une petite soirée avec les gens de l'auberge et les musiciens locaux (on a pu sortir nos enceintes et faire la fête au milieu du désert mais l'orage et le vent sont venus tout gâcher en milieu de soirée.



On s'est posé à Ouarzazate le 16 octobre chez un ami de JM (morthar peintre et musicien) et on reste 4 jour avec lui, très bon moment, on s'est promis de repasser en mars (Gwen doit enregistrer une chanson avec lui sur son prochain album).

Bref passage sur Agadir pour faire rehausser les camions, de mon coté une lame de suspension est cassée, j'en profite pour en faire rajouter 2 derrière et 1 devant, le camion prend tout de suite 14 cm, on est paré pour le désert.



Le grand périple commence le 24 octobre, la traversée du désert ! On s'arrête dans plusieurs ville (tiznit, tan tan, Tarfaya), toutes au bord de la mer, on peu en profiter pour se baigner, c'est pas courant fin octobre. On passe devant des paysages magnifiques, imaginez 200 kilomètres de plages, sable fin et aucune ville à la ronde. Le 29 octobre, on se pose à 50 bornes de la frontière mauritanienne, avec 2 militaires qui surveillent une antenne de communication et 2 français croisés sur la route. Ils nous payent à manger et on sort les enceintes pour faire la fête, à minuit c'est l'anniversaire de vincent.



Passage de la frontière le 30 octobre, 2h pour faire toutes les formalités cotées marocaines, on se retrouve dans le no mans land qui sépare les deux pays. On rejoins notre guide pour nous emmener jusqu'à Nouakchott et on franchis les 7 kilomètre de piste qui nous emmène jusqu'à la frontière Mauritanienne. 1h30 plus tard on peu reprendre la route avec nos visa, passavants pour les camions et l'assurance pour la traversée. Les flics mauritaniens ne sont pas gâtés, ils ont pour bureau des cabanes faites en bois de palettes et du carton pour l'isoler. On traverse tout le désert sans problème malgré la vingtaine de poste de polices rencontrées et on peut se poser dans le village de notre guide. Les habitants nous ont préparé une tente et à manger. Apéro au lait de chamelle et dromadaire pour le plat. Le soir on leur fait un petit cinéma en plein air ça à eu l'air de leurs plairent.

Le lendemain on passe à l'ambassade du mali pour récupérer nos visas 3 mois multiples entrées et on quitte le guide, direction le mali 600 kilomètres. Changement de climat direct après avoir dépasser Nouakchott, on se réveille le matin avec déjà 45 degrés au thermomètre. On est en plein Sahel, le paysage a changé, c'est tout de suite plus vert fini le sable du sahara. On traverse les villes de mauritanien sans problème la population est super cool et les flics sont vraiment pas méchant (à chaque poste de douane, ils demandent des petits cadeaux et dès qu'on leur dit qu'on à rien pour eux, ils baissent les yeux et nous laissent passer : des vrais gamins). On rencontre des français habitués de la traverser qui nous apprennent plein de choses. Donc bilan de la Mauritanie, on entend beaucoup de chose en France sur ce pays, et on entend surtout des grosses conneries. La Mauritanie est un pays vraiment sympas et les mauritaniens sont des gens super accueillants, il suffit juste de faire attention où on se pose et ne pas oublier qu'on est sur un autre continent. Comme tous les pays d'Afrique, il y a des vols et des agressions mais si on ait attention à ce qu'on fait c'est pas forcément plus dangereux que le metro parisien. Vraiment content de ce pays, je pense qu'on y restera plus longtemps au retour.



Arrivée au mali le 3 novembre, les douaniers maliens sont vraiment super cool, et le passage de la frontière très rapide (on est passé par un petit poste frontière (ayoun el altrous), on à même pas remarqué qu'on changeait de pays). On passe deux jours à Nioro du Sahel, première ville du mali (et aussi une des plus chaude au niveau des températures), c'est le mali on peu enfin boire une petite bière (et fraîche en plus !) dans un bar, ambiance folklorique assurée. On décolle pour Bamako le 5 novembre mais 100 km plus loin on se fait arrêter par les douanes de Diéma qui nous demande le passavant pour le camion. Problème les douaniers ne nous ont pas donné ce papier. Ils expliquent donc qu'on est déjà en infraction et que si on continu, les douanes risquent de nous prendre les camions pour les mettre à la fourrière. Après concertation, Vince téléphone à un ami de Nioro, Alifarka MEGA, pour savoir ce qu'il en pense et finalement il faut absolument faire demi tour pour faire les papiers sinon grosse galère avec la douane de Bamako. On fera donc le trajet en sens inverse et alifarka viens nous chercher à l'entrée de la ville pour nous conduire chez lui. A peine garer, il repart et reviens avec à manger pour tout le monde, c'est ça l'hospitalité malienne, le gars nous invite chez lui et nous paye à manger alors qu'il est déjà plus de 11h passé.

On passe le début de journée suivante avec Alifarka, j'en profite pour laver des fringues et me laver. Petit troc avec notre ami je lui laisse la télé du camion contre 20 litre de carburant (ça paye le petit détour d'hier). Après manger, il nous conduit au bureau des douanes pour obtenir notre passavant (Il est militaire, il connaît donc tout le monde et nous évite d'avoir des demandes de bakchich). Donc petit tour a la douane, une fois qu'on a le papiers, petit tour à l'assurance pour avoir la carte brune (4 mois – 65 euros) puis passage au bureau de la police pour faire tamponner le passavant. C'est bon on peux retourner chez alifarka pour récupérer les deux mobylettes et le linge qu'on avait laissé chez lui, il en profitera pour réparer celle qui ne marchait plus. Petite séance photos avec la famille du caporal-chef Karim SANOGO à qui je promets de lui en renvoyer. C'est déjà l'heure de décoller, on quitte le petit quartier de notre ami, on a vraiment passé de bon moment à Nioro. On s'arrêtera dormir 200 kilomètres plus loin dans le petit village de Dioumara.



Petite journée de route, on décollera vers 14h30 pour rejoindre Bamako en début de soirée.

La route est paisible jusqu'au péage de KITA, gwen ne regarde pas la route et se sert du muret de séparation des voies comme tremplin, bumbo fini donc à cheval à 1 mètres du sol la roue arrière et la rotule avant sur le muret. Grosse frayeur mais on arrivera à remettre le camion sur la route en 1/2h à l'aide d'un cric et de notre super mécano (promis dès que j'ai le temps je vous envois les photos). Petite galère avec les flics du péage, on a égratigné le muret et on doit leur donner 6000 Fcfa pour rembourser, la route appartenant encore à l'union européenne. On arrivera dans le centre de Bamako à 22h00 et on se fait un gros resto histoire de se remettre de nos émotions.



Donc voila, la on est à Bamako, il fait super chaud. On va passer la fin de week end ici et on décolle pour être à Gao le 15 novembre. Je ne pense pas pouvoir donner des news d'ici la.



Je sais que vous nous enviez un petit peu mais pensez bien qu'on donnerais cher pour prendre un peu de votre fraîcheur, on à vraiment du mal à dormir ici on sue tout le temps.



En tout cas si vous ne savez pas quoi faire pour le premier de l'an normalement, c'est teknival à Bamako, on vous héberge sans problème.



Et si vous voulez nous passez un petit coup de fil, j'ai récupéré un portable malien, il suffit de faire le 0022378700449.

On met des photos de temps en temps sur le net vous pouvez aller zieuter le site de vince : vinclemecano.canalblog.com ou le site que aymerik nous prépare http://mystikafrika.vu.cx/



Bonne journée à vous, on pense à vous !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://meh6t.superforum.fr/
 
News du 08/11/08
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [NEWS] Bill Kaulitz fait le doublage d'Arthur und die Minimoys 2 - Die Rückkehr des bösen M
» [NEWS] TH en Amérique du Sud en novembre 2010
» [News] Pinky n'est pas la petite amie de Bill
» Les 'petites' News...
» News Grindshop : Brutal Truth, Spazz, Lividity, CD, LP, EP…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MYSTIK ETHNIK :: Report :: MYSTIK AFRIKA-
Sauter vers: